jeudi 27 avril 2017

Pourquoi Ali a t-il donné le nom de Abu Bakr, Omar et Othman à certains de ses enfants ?

Parmi les questions qui ont embarrassé les prêcheurs Imamites, est celle qui consiste à demander pourquoi l’Imam Ali a donné à certains de ses enfants des prénoms identiques à ceux des trois premiers Califes, qui comme vous le savez sont dans le Chiisme Imamite de véritables hypocrites et les pires ennemis du Prophète . Pour tenter de masquer cette contradiction, les Imamites vont inventer toute sorte de motifs plus irrationnels les uns que les autres.
En voici un qui permettra aux lecteurs de comprendre jusqu’où peut aller ce déni de la part des Imamites, il s’agit d’une parole attribuée à l’Imam Ali dans l’ouvrage intitulé Kitâb Sulaym Ibn Qays :

إني قد سميت ثلاثة بنين لي أبا بكر وعمر وعثمان ، فإذا سمعتموني أترحم على أحد من أئمة الضلالة فإني أعني بذلك بني
J’ai appelé trois de mes enfants Abu Bakr, Omar et Othman. Ainsi lorsque vous m’entendez invoquer la miséricorde d’Allah (rahma) sur l’un des Imams de l’égarement, [et bien sachez] que je désigne en réalité mes enfants1.

L’auteur imamite de l’ouvrage « Réfutation du Livre Questions qui conduit des jeunes chiites à la vérité » (radd kitâb as’ilat qâdat shabâb al-Chi’at ilâ al-haqq), n’hésite pas de son côté à ajouter le commentaire suivant :

ولعل التسمية حفظا لهم من القتل
Et il se peut que ces noms leur aient été donnés pour les protéger de se faire tuer.

Pour celui qui raisonne un tant soit peu, il est clair que ce genre de propos ne peut convaincre et qu’il s’agit de tentatives plutôt saugrenues visant à masquer l’évidence, en l’occurrence que Ali Ibn Abi Talib ait nommé certains de ses enfants des prénoms des trois premier califes, et cela en leur hommage.
L’on peut également trouver sur les sites de propagande Imamite et sur certains forums dans lesquels les Chiites prêchent ce genre de propos :

Penser que l’Imam Ali (as) a donné à l’un de ses Fils le prénom de Omar, en l’honneur de Omar Ibn Abi Salma (ra), est une hypothèse très plausible, solide et justifiée.

Ainsi Ali aurait donné le nom de Omar à l’un de ses fils en hommage à son proche compagnon Omar ibn Abi Salma. Et l’Imamite de citer les arguments suivants :

1) Asadul Al-Ghaba fi Ma’rifatou al –Sahaba, de ibn Al-Athir, toujours sous les chapitres ‘Ayn, ou il est dit dit:
Traduction ( Uniquement des passages soulignés): Omar bin Abi Salma Ibn Al-Asad A-Kurachi El-Makhzumi , le beau fils du Prophète car sa mère était Oum Salma, la femme du Prophète … Il était dans le rang de Ali dans la bataille de Jamal, qui l’a designé gouverneur de Bahrayn et Faris.
2) Tarîkh Al-Rousoul wal Mouloûk, de l’historien Al-Tabari, page 1023:
Oum Salma dit à l’Imam Ali, concernant la bataille d’al-djamal, qui opposait l’Imam Ali (ps) à la mere des croyants Aïcha , Talha et Zubeyr:
Traduction: Ô le Commandeur des croyants (Ali), si ce n’est parce que je crains de désobéir à Allah Azza wa jal, et que tu le refuserais, je serais sortie à tes cotés! Ceci est mon fils, Par Allah, il m’est plus chère que ma propre personne. Il sortira avec toi pour être (combattre) à tes cotés »…

Dans leurs tentatives de vouloir à tout prix fournir un argument visant à s’opposer aux Sunnites, les prêcheurs Chiites ne se rendent pas compte de l’incohérence de leurs citations, quand bien même celles-ci seraient de « sources sunnites ». Il ne suffit pas seulement qu’elles émanent du référentiel de leurs interlocuteurs, encore faut-il qu’elles aient une certaine cohérence avec l’élément discuté.
En effet, pour répondre de la manière la plus simple et concise qu’il soit, il nous suffit de mentionner que ce Omar ibn Salma est né durant l’an 2 de l’hégire en Abyssinie2 et que Omar ibn Ali ibn Abi Talib, surnommé Omar al-Atraf est né entre l’an 12 et 17 de l’hégire3. Ce qui nous permet de dire qu’au moment de la naissance de Omar le fils de Ali ibn Abi Talib, Omar ibn Salma avait entre 10 et 15 ans. A cet âge là, il ne représentait encore rien pour Ali , il était encore un jeune adolescent, c’est par la suite, notamment durant les campagnes de Ali , la bataille du Chameau ou la bataille de Siffin ou plus tard les batailles que Ali a mené contre les Khawârij que Omar ibn Salma est devenu proche de Ali . Mais à l’époque de la naissance de son fils Omar, il n’avait encore aucune signification du point de vue compagnonnage, l’argument que mettent en avant les Imamites à l’image de celui cité ci-dessus.
Voici quelques récits « de sources sunnites » également qui permettront aux lecteurs de voir que le choix de ces prénoms par Ali pour certains de ses enfants n’est pas anodin mais était plutôt lié à l’amour et la vénération qu’il éprouvait à l’égard de ces compagnons honnis par les Chiites. À l’exemple de ce que rapporte l’Imam Dhahabi dans son Târîkh à propos de Omar [al-Atraf] ibn Ali ibn Abi Talib :

قال الزبير بن بكار: حدثني محمد بن سلام، حدثني عيسى بن عبد الله بن محمد بن عمر بن علي قال: سألت أبي، فحدثني عن أبيه، قال: عمر بن علي: ولدت لأبي بعدما استخلف عمر، فقال له: يا أمير المؤمنين ولد لي الليلة غلامٌ، فقال: هبه لي. قال: هو لك. قال: قد سميته عمر ونحلته غلامي مورقاً. قال ابن الزبير: فلقيت عيسى فحدثني بذلك.
D’après Issa ibn Abd Allah Ibn Muhammad ibn Omar ibn Ali : j’ai questionné mon père et il m’a rapporté d’après son père Omar ibn Ali qui a dit :
Je suis né après que Omar ait accédé au califat, et il (Ali) a alors demandé (à Omar) : « Ô Commandeur des croyants j’ai eu un fils cette nuit ». Il (Omar) a dit : « Laisse moi lui choisir son nom »4. J’ai répondu : « Il est à toi ». Il (Omar) a dit : « Je le nomme Omar et je lui offre mon jeune serviteur5 Muwaraq ».
Ibn Zubayr ajoute : « j’ai rencontré ‘Issa (le petit fils de Omar ibn Ali) et il m’a raconté la même chose ».6

Récit corroboré par al-Baladhûri qui précise dans son ouvrage al-Ansâb que :

وكان عمر بن الخطاب سمى عمر بن علي باسمه ووهب له غلاما سمي مورقا
Et Omar ibn al-Khattab a nommé Omar ibn Ali en lui donnant son nom et lui a offert un jeune serviteur du nom de Muwaraq [comme esclave]7

Enfin al-Muhib al-Tabari mentionne de son côté :

عن أبي سعيد قال: رأيت غلاما ما أدرى غلام هو أم جارية ما رأيت أحسن منه جالساً إلى جنب علي بن أبي طالب، فقلت له: عافاك الله!! من هذا الفتى إلى جانبك؟ قال: هذا عثمان بن علي، سميته بعثمان بن عفان، وقد سميت بعمر وبالعباس عم رسول الله صلى الله عليه وسلم، وسميت بخير البرية محمد صلى الله عليه وسلم، وأما حسن وحسين ومحسن فإنما سماهم رسول الله صلى الله عليه وسلم.
D’après Abu Sa’id : J’ai aperçu un enfant et je n’ai pas su si c’était un garçon ou une fille, je n’ai pas vu [d’enfant] mieux/plus beau que lui, assis à côté de Ali ibn Abi Talib, et je lui (à Ali) ai demandé : « Qu’Allah te protège, quel est donc ce jeune enfant qui se tient à tes côtés ? » Il a répondu « Celui-ci est Othman ibn Ali, je l’ai appelé [ainsi] en raison de Othman ibn Affan, et j’ai également donné le nom [à mes enfants] de Omar et d’al-Abbas, oncle du Prophète, que la Paix et le Salut d’Allah soit sur lui, et j’ai également donné le nom [à mes enfants] du meilleur des créatures, Muhammad, que la Paix et le Salut d’Allah soit sur lui, mais en ce qui concerne Hassan, Houssein et Muhsine, c’est le Messager d’Allah, que la Paix et le Salut d’Allah soit sur lui, qui les a nommé ainsi8.

Ces citations parlent d’elles-mêmes, à moins là encore de décrire Ali comme une personne peureuse qui n’a pu donner les prénoms qu’il voulait à tous ses enfants et que les Califes se sont une fois de plus imposés, en plus d’avoir usurpé le Califat, agressé sa noble épouse Fatima (radiallahou anha) au point de tuer son fils Al-Muhsin encore en elle, et elle de mourir quelques mois plus tard de ses blessures. La haine des Imamites envers les Compagnons étant incommensurable, la réécriture de l’Histoire est une constante chez eux, ils en arrivent même à nier le mariage de Omar avec la fille de Ali et Fatima (raaf), la dénommée Um Kulthum, mariage qui évidemment est confirmé autant par les sources Chiites que par les sources Sunnites9. Là encore les prêcheurs imamites nient son existence au point d’inventer des récits qui nous paraitraient cocasses si tant est qu’il nous soit permis d’utiliser cette expression tant le sujet est sérieux et grave10.
C’est à Allah que nous appartenons et c’est vers Lui que se fait le retour.
A l’image de l’Imam Ali nombreux sont les descendants du Prophète à avoir donné à leurs enfants ces noms que les Chiites détestent, Abu Bakr, Umar, Aïsha, Hafsa et cela indique clairement qu’ils n’éprouvaient aucune hostilité envers les compagnons et épouses du Prophète . Voici quelques descendants de Ali qui portaient ces noms.

Membres des Ahl al Bayt qui portaient le nom de Abû Bakr :
– Abû Bakr ibn Alî ibn Abî Tâlib
– Abû Bakr ibn al-Hassan ibn Alî ibn Abî Tâlib
– Abû Bakr, kunya (surnom) de Zîn al ‘Âbidîn (4ème Imam)
– Abû Bakr ibn Mûsa al Kâdhim (7ème Imam)
– Abû Bakr, kunya (surnom) de Alî al-Ridâ (8ème Imam)
– Abû Bakr ibn Abdillah ibn Ja’far ibn Abî Tâlib (frère de l’Imam Alî ibn Abî Tâlib)
– Abû Bakr ibn al-Hassan al-Muthannâ ibn al-Hassan al-Sibt ibn Alî ibn Abî Tâlib

Membres des Ahl al Bayt qui portaient le nom de Omar :
– Omar al Atraf ibn Alî ibn Abî Tâlib
– Omar ibn al-Hassan ibn Alî ibn Abî Tâlib
– Omar ibn al-Houssein ibn Alî ibn Abî Tâlib
– Omar al-Achraf ibn Alî zîn al-‘Âbidin ibn al-Houssein ibn Alî ibn Abî Tâlib
– Omar ibn Mussâ al-Kâdhim ibn Ja’far al-Sâdiq
– Omar ibn Yahya ibn al-Hussein ibn Zayd al-Shâhid ibn Alî zîn al-‘Âbidin ibn al-Hussein ibn Alî ibn Abî Tâlib

Membres des Ahl al Bayt qui portaient le nom de Othmân :
– Othmân ibn Alî ibn Abî Tâlib
– Othmân ibn ‘Aqîl ibn Abî Tâlib (‘Aqîl : frère de Alî ibn Abî Talîb)

Membres des Ahl al Bayt qui portaient le nom de Aïcha :
– Aïha bint Ali Zîn al-‘Âbidin (4ème Imam)
– Aïcha bint Ja’far al-Sâdiq (6ème Imam)
– Aïcha bint Mussâ al-Kâdhim (7ème Imam)
– Aïcha bint Ali al-Ridâ (8ème Imam)
– Aïcha bint Ali al-Hadî (10ème Imam)

Nombreuses sont les sources sunnites et imamites qui mentionnent les noms de ces descendants du Prophète , issus de l’union entre Alî ibn Abî Tâlib et Fâtima (radiallahou anha) fille du Prophète , mais nous ne nous sommes basés ici que sur des sources imamites11.

Ces noms n’ont pas été donnés par hasard, et nous pouvons affirmer que ces mêmes descendants de Ali et Fatima ne ressentaient aucune hostilité envers ces compagnons et épouses du Prophète car en effet, quel être humain donnerait le nom de l’homme ou la femme qui a tué ses parents ? Pensez-vous que vous trouveriez un Juif portant le nom Hitler par exemple ? Ou un Tchétchène qui s’appellerait Poutine ? Ou un Palestinien qui porterait le prénom Sharon ? Ou un Chiite irakien qui a perdu son père durant le règne de Saddam Hussein donner le prénom Saddam à son fils ? Car logiquement dans l’imaginaire d’une personne victime d’un crime, celle-ci aura en horreur le lieu de cette agression, le visage de son agresseur mais aussi le nom de l’auteur de ce crime, c’est ainsi que les Chiites s’associant à cette position de victime des Ahl al-Bayt, ont en horreur les noms des ennemis du Prophète Muhammad et de sa Famille.

Et il faut savoir que dans le Chiisme Imamite, les injustices citées précédemment ne valent rien à côté de l’injustice subie par les membres des Ahl al-Bayt par les « usurpateurs » que furent Abu Bakr et Omar. Des noms qui aujourd’hui encore, dans l’Irak post-Saddam Hussein, soit plus de 1000 ans après ces évènements, valent à ceux qui les portent une condamnation à mort d’office, on rapporte dans de nombreux articles à propos du chaos actuel irakien le danger de s’appeler Omar, des personnes obligées de changer de nom sur leur papiers d’identité, d’apprendre également les noms des douze Imams car tombés entre les mains des milices Chiites, ceux-ci n’ont que peu de chances de survivre.12 Ou l’on peut lire encore de manière générale dans les sites Chiites, des prêcheurs encourager les Chiites à changer de nom, au cas où l’on porterait ceux des « criminels » comme Aïsha l’épouse du Prophète , voir cette fatwa Chiite sur un site sous la supervision de l’Ayatullâh Sistâni :

SALAAM
I HAVE A SISTER HER NAME IS HUMERA, MANY PEOPLE TOLD MY FAMILY THAT THIS IS NOT A GOOD NAME TO KEEP BECAUSE IT IS REFERENCE TO THE PROPHET WIFE AISHA? WHAT IS THE MEANING OF HUMERA IN ARABIC AND FARSI?
Dear brother,
HUMEYRA means a red girl. It is not a bad name, But if you are in an environment that this name remembers and revives AISHA and her crimes against the Prophet Mohammad and Imam Ali and Imam Hasan, it would be better for your sister to change her name. I propose the name of FATEMA for her.
Many thanks.
Yazdani
Traduction :
Question : J’ai une sœur et son prénom est Humeira, beaucoup de gens disent à ma famille que ce n’est pas un bon prénom à garder car il fait référence à l’épouse du Prophète . Quelle est la signification de Humeira en arabe et en perse ?
Réponse : Humeira veut dire blanche (lit. rousse). Ce n’est pas un mauvais prénom, mais si vous êtes dans un environnement dans lequel ce prénom rappelle Aïsha et ses crimes contre le Prophète Muhammad et les Imams Ali et Hassan, il est préférable pour votre sœur de changer son prénom. Je propose pour elle le prénom Fatima.
Yazdani

Ici même question et même réponse, donné par le docteur Liyakatali du réseau de savants imamites « Aalim Network QA » :

QUESTION : as salaam alaikum
I have a brief question for you concerning the name A’isha. I am fairly new to Islam and me and my wife are expecting our first child. At any rate, I was wondering if such a name would be discouraged within the Shi’a Islamic community due to the association she had with rebelling against ‘Ali etc. or if it is a common enough name so as to not have relevence in such matters. Your advice will be much appreciated.
ANSWER : Salaamun ‘alaykum,
Due to her actions against Imam Ali during the times of the Prophet and after his death (including the famous battle of the Camel), the followers of the ahl al-bayt are not encouraged to keep her name for their children.
Wasallamu ‘alaykum
Traduction :
QUESTION : as-salâm alaykum
J’ai une petite question pour vous au sujet du nom de A’icha. Je suis nouveau dans l’Islam et moi et ma femme nous attendons notre premier enfant. Je me demandais si un tel nom était découragé (désapprouvé) au sein de la communauté islamique Chiite en raison de l’association [de ce nom] avec celle qui s’était rebellé contre Ali etc…Ou bien est-ce un nom commun si répandu qu’il ne peut être associé à une telle chose ? Votre conseil sera beaucoup apprécié.
REPONSE :

Tous ces éléments nous poussent donc à affirmer que dans l’imaginaire Chiite, le nom Umar ne sera pas associé à Omar Ibn Salma mais bien à Omar Ibn al-Khattab l’ennemi du Prophète et de Ali , et que si les Imams Infaillibles, nous devons le rappeler, ont donné ces noms à leurs enfants c’est qu’il n’y avait aucune hostilité entre eux et les Compagnons du Prophète , et que de toute évidence, ces noms ont même été donnés en l’honneur ou en souvenir de ces Compagnons.
Et comment se fait-il que les Imams aient donné ces noms à leurs enfants alors que les savants imamites découragent et invitent leurs disciples à éviter ces noms ?
Trouvons nous aujourd’hui des Chiites imamites qui portent ces noms ?
Plus encore, ces liens entre membres de la Famille prophétique ne se sont pas arrêtés à de simples noms, qui en soit représentent déjà énormément de choses car un nom pour son enfant ne se donne pas au hasard, nombreux sont les Hadiths prophétiques dans lesquels note bien-aimé Prophète Muhammad a parlé de l’importance du choix du nom pour le nouveau-né ou a proposé des noms plus en phase avec l’Islam à des hommes nouvellement convertis à cette Religion car notre Maître savait l’importance des noms, lesquels serviront à être appelés tant ici-bas que dans l’au-delà d’après de nombreux Hadiths prophétiques.
Ainsi donc le choix du nom n’était pas le seul lien qui unissait membres de la Famille Prothétique et Compagnons, il y eut des unions entre eux, à l’exemple de la plus fameuse et la plus niée par les Chiites Imamites celle qui unit Omar Ibn al-Khattab et Um Kulthum Bint Ali Ibn Abi Talib qui fera l’objet d’un article à lui seul tellement ce sujet a soulevé une polémique de la part des prêcheurs Chiites alors que vous le verrez, les preuves de l’existence de ce mariage tant du côté Sunnite que Chiite ne manquent pas, mais un cœur qui se nourrit de haine ne peut admettre l’évidence, et c’est auprès d’Allah que se purifient les cœurs.

  1. 1. Kitâb Sulaym ibn Qays, page 301, sous le tahqiq (contrôle et vérification) de Muhammad Bâqir al-Ansârî
  2. 2. C’est ce que rapporte Ibn Hajar dans al-Isaba, Ibn al-Athir dans Asad al-Ghâba et ibn Hibban
  3. 3. . On déduit cet intervalle de date d’après les informations rapportées par les historiens et biographes, il n’a pas été rapporté sa date de naissance précisément mais d’autres informations permettent d’évaluer la période dans laquelle il est né : al-Tabari dans son Tarikh, ibn al-Athir dans son Kamâl et plusieurs autres historiens rapportent que Omar al Atraf est mort à l’âge de 85 ans, d’autres comme le généalogiste Chiite ibn ‘Inaba, dans ‘Umdat al-Tâlib, mentionnent qu’il est mort entre 75 et 77 ans. Al-Bukhâri précise dans son Tarîkh al-Saghîr qu’il est mort en l’an 92 de l’hégire, ce qui corrobore ce qu’a rapporté ibn Hajar de son côté en précisant que Omar al Atraf a vécu jusqu’à l’époque du califat Omayyade de Walid ibn Abdulmalik, soit entre l’an 85 et 95 de l’hégire. Ce qui nous donne une date de naissance entre l’an 7 de l’hégire (si on prend l’hypothèse qu’il est mort à l’âge de 85 ans) et l’an 17 de l’hégire (si on prend l’hypothèse qu’il est mort à l’âge de 75 ans). Cependant, nous savons par ailleurs que la mère de Omar al Atraf, une certaine al-Sahba, avait été prise en captivité lors des guerres d’apostasie, durant le califat d’Abu Bakr [raah] et offerte à Ali [raah] par Khalid ibn al-Walid [raah], ce qui nous permet de restreindre l’intervalle et de le ramener entre l’an 12 et 17 de l’hégire
  4. 4. Lit. « donne le moi »
  5. 5. Jeune esclave, à son service.
  6. 6. al-Dhahabi, Târîkh al-Islam, récit rapporté également par Ibn ‘Asâkir dans Târîkh Dimasqh, vol 45, page 304.
  7. 7. al-Baladhûri, Ansâb al-Achraf, page 192, l’Imam Dhahabi rapporte cette même information dans son ouvrage Siyar A’lâm al-Nubalâ, vol 4 page 134
  8. 8. Muhib al-Tabarî, al-Riyâd al-Nâdira fi Manâqib al-‘Achîra qui mentionne un récit rapporté par ibn Sammân dans son ouvrage al-Muwâfaqa (L’entente cordiale entre les compagnons et les Ahl al Bayt), ouvrage plus connu sous par le résumé qu’en a fait Fakhruddin al-Râzî
  9. 9. Un article sera entièrement consacré à la question de ce mariage prochainement.
  10. 10. On pourra prendre ici l’exemple de la tentative grotesque du savant imamite al-Mufîd qui pour nier la réalité de ce mariage n’a pas hésité à avancer qu’en réalité Ali [raah] avait ordonné à une femme djinn, du nom de Sahika bint Haririya, de prendre l’apparence de sa fille Umm Kulthum, afin que Omar soit dupé et épouse en réalité cette femme djinn, en lieu et place de la vrai Umm Kulthum, que cette même djiniya devait faire disparaitre de la vue des gens.
    C’est ce que mentionne Ni’matullah al-Jazâ’iri dans son ouvrage al-Anwar al-Nu’mâniya qui se base sur un récit rapporté par Sheykh al-Mufîd.
  11. 11. Se référer aux ouvrages suivants : al-Irshâd de shaykh al-Mufîd, Muntahâ al-Âmâl de Abbas al-Qummî, Bihâr al-Anwâr de Majlissî, al-Anwâr al-Nu’mâniya de Ni’matullâh al-Jazâ’irî, ‘Umdat al-Tâlib de ibn ‘Inaba, al-Najm al-Thâqib de al-Tabrassî, Maqâtil al-Tâlibin de Abû al-Faraj al Isfahâni, Sirr al-Silsilat al-‘Alawiya de Abû Nasr al-Bukhârî, Kashf al-Ghumma d’al-Irbilî, al-Târikh de al-Ya’qûbî, al-Asalî fi Ansâb al-Tâlibiyîn de ibn al-Tiqtaqâ, Tawarîkh al-Nabî wa al-Âl d’al-Tustarî
  12. 12. Article sur le sujet : www.time.com

0 commentaires

se connecter

s'inscrire

Reset Your Password