mardi 13 novembre 2018

L’Imam al-Khomeini à propos des non Chiites Imamites

Après avoir montré dans cet article comment l’ex Marja’ irakien le Grand Ayatollah Abû Al-Qassim al-Khu’ï considérait les non-Imamites, voici ce que pense le défunt Grand Ayatollah iranien Ruhullah Mussawi al-Khomeini 1 des non-Imamites dans son livre al-Makasib al-Muharamat aux pages 250,251 et 2522. Dans ce passage l’ayatollah al-Khomeini commente des récits relatifs à la médisance et la calomnie sur son frère croyant et entame une explication de ce qu’englobe le terme Mu’min [croyant] de cette manière :

المراد بالمؤمن الشيعة الإمامية الاثني عشرية . وأما الأخبار فما اشتملت على المؤمن فكذلك ، وما اشتملت على الأخ لا تشملهم أيضا لعدم الأخوة بيننا وبينهم بعد وجوب البراءة عنهم وعن مذهبهم وعن أئمتهم ، كما تدل عليه الأخبار واقتضته أصول المذهب…
Le sens entendu par « croyant » est le Chiite Imamite Duodécimain. Tous les récits et ce qu’ils contiennent su sujet des croyants sont (à comprendre) de la sorte. Et lorsqu’ils parlent de « frère » cela ne les concerne pas non plus (les non-Imamites), car il n’y a aucune fraternité entre nous et eux après (que l’on ait reçu) l’obligation de nous désavouer d’eux, de leur Madhab et de leurs imams, comme le prouvent les récits et (comme) l’implique les fondements du madhab (Imamite)…3

L’Ayatollah al-Khomeini est catégorique sur la définition du croyant qui n’est autre que le Chiite Imamite Duodécimain et selon lui donc, tous les récits parlant de ne pas dire de mal de son frère ne concernent que le croyant, c’est-à-dire le Chiite Imamite Duodécimain et ça ne concerne pas les non-Imamites Musulmans car ils ne sont pas les frères des Chiites et ces derniers comme le signale al-Khomeini ont obligation de les désavouer, et de désavouer leur Madhab et même leurs imams et il s’agit de fondements du Madhab Chiite Imamite.
C’est ce qu’il explicite clairement dans ce passage :

فغيرنا ليسوا باخواننا وان كانوا مسلمين فتكون تلك الروايات مفسرة للمسلم المأخوذ في سايرها، بان حرمة الغيبة مخصوصة بمسلم له اخوة اسلامية ايمانية مع الآخر، ومنه يظهر الكلام في رواية المناهى وغيرها. والانصاف ان الناظر في الروايات لا ينبغى ان يرتاب في قصورها عن اثبات حرمة غيبتهم، بل لا ينبغى ان يرتاب في ان الظاهر من مجموعها اختصاصها بغيبة المؤمن الموالى لائمة الحق (ع) مضافا إلى انه لو سلم اطلاق بعضها وغض النظر عن تحكيم الروايات التى في مقام التحديد عليها فلا شبهة في عدم احترامهم بل هو من ضروري المذهب كما قال المحققون، بل الناظر في الاخبار الكثيرة في الابواب المتفرقة لا يرتاب في جواز هتكهم والوقيعة فيهم، بل الائمة المعصومون، اكثروا في الطعن واللعن عليهم وذكر مسائيهم.
فعن ابى حمزة عن ابيجعفر عليه السلام قال : قلت له : ان بعض اصحابنا يفترون ويقذفون من خالفهم فقال الكف عنهم اجمل ثم قال يابا حمزة ان الناس كلهم اولاد بغاة ماخلا شيعتنا ( الخ ) . والظاهر منها جواز الافتراء والقذف عليهم لكن الكف احسن واجمل
Ceux qui ne sont pas des nôtres ne sont pas nos frères quand bien même seraient-ils Musulmans. Ces récits jettent un éclairage sur le sens [du terme] Muslim que l’on trouve dans tous les autres récits, quant au fait que l’interdiction de la médisance est spécifique au Musulman lié par les liens fraternels de l’Islam et d’Iman [foi] avec l’autre. Et de cela apparait alors le sens du propos sur les récits relatifs à cette interdiction.
Et la position juste est que celui qui consulte ces récits, ne doit pas douter de leur faiblesse [Au sens argumentatif du terme] à établir l’interdiction à les médire [Les non-Imamites]. Plus encore, il ne doit pas douter que ce qui ressort clairement de l’ensemble de ces récits est spécifique à la médisance concernant le croyant fidèle aux vrais Imams (alayhoum salam).
En ajoutant que si nous supposions le caractère absolu de certains de ces récits et que nous écartions tous les autres récits qui limitent précisément leur caractère absolutiste, il n’y aurait [quand même] aucun doute possible sur leur non respect, en effet cela fait partie des Daruriyat4 du Madhab comme l’ont déclarés les Muhaqiqin 5.
Celui qui consulte les nombreux récits dans les différentes rubriques de Fiqh, il ne doute aucunement sur la licéité de s’en prendre à eux [leur honneur] et de médire sur eux, plus encore, les Imams Infaillibles ont multipliés les diffamations, les malédictions sur eux et ont rappelés leurs vices. Ainsi Abu Hamza rapporte qu’il a demandé à Abu Jaafar (alayhi salam) : « Certains de nos compagnons calomnient et diffament leurs opposants [les non-Imamites]. Il répondit : « il est préférable d’abandonner cela. » Et il poursuivit : »O Abu Hamza [sache que] tous les gens sont des enfants de prostituées à l’exception de nos partisans…. » Il en ressort de tout cela qu’il est permis de mentir à leur propos et de les diffamer mais le mieux est de s’en priver. »6

3242323Dans un autre de ses ouvrages l’Ayatollah al-Khomeini intitulé al-Arba’un Haditha qui signifie « les 40 Hadith » (voir la couverture ci-contre) et que vous pouvez télécharger ici aborde également ce thème.
Il dit à propos de ceux qui n’adhèrent pas à la Wilaya (ou l’Imamat) des Douze Imams ceci :

ومن المعلوم أن هذا الأمر يختص بشيعة أهل البيت، ويحرم عنه الناس الآخرون. لأن الإيمان لا يحصل إلاّ بواسطة ولاية عليّ وأوصيائه من المعصومين الطاهرين عليهم السّلام، بل لا يقبل الإيمان بالله ورسوله من دون الولاية، كما نذكر ذلك في الفصل التالي
Et parmi les choses bien connues, c’est que cette question ne concerne (ne bénéficie) que les partisans des Ahl al-Bayt, alors que les autres personnes en sont dépourvues, car la Foi ne s’acquiert que par l’intermédiaire de la Wilaya de Ali et de ses successeurs parmi les purs infaillibles que la paix soit sur eux, et [plus encore] la Foi en Allah et en Son Prophète n’est pas accepté sans la [croyance en la] Wilaya, comme nous allons le voir dans le chapitre suivant7.

La foi en Allah et en Son Messager n’est acceptée qu’à condition d’avoir foi aussi aux Douze Imams, comme il l’écrit ici :

إن ما مرّ في ذيل الحديث الشريف من أن ولاية أهل البيت ومعرفتهم شرط في قبول الأعمال، يعتبر من الأمور المُسَلّمة، بل تكون من ضروريات مذهب التشيع، المقدس. وتكون الأخبار في هذا الموضوع أكبر من طاقة مثل هذه الكتب المختصرة على استيعابها، وأكثر من حجم التواتر. ويتبرك هذا الكتاب بذكر بعض تلك الأخبار
Et ce que nous avons pu voir à la fin du noble hadith sur le fait que la Wilaya des Ahl a-Bayt et leur [re]connaissance est une condition d’acceptation des œuvres, est considéré comme un des principes, plus encore comme une des choses fondamentales (Daruriyat) de la sainte école Chiite. Et les récits sur cette question sont plus grand que la capacité de ces ouvrages synthétiques pour les contenir, et plus nombreux que le volume du (récit) Tawatur (en terme de multiplicité), et cet ouvrage s’en trouve béni de mentionner certains de ces récits8.

Ici l’ayatollah al-Khomeini déclare que l’acceptation des œuvres passe par la croyance en la wilaya des Imams et par leur connaissance et qu’il s’agit d’une connaissance de base dans l’Ecole Chiite. Mais plus loin il précise ceci :

والأخبار في هذا الموضوع وبهذا المضمون كثيرة، ويستفاد مجموعها أن ولاية أهل البيت عليهم السّلام شرط في قبول الأعمال عند الله سبحانه، بل هو شرط في قبول الإيمان بالله والنبي الأكرم صلّى الله عليه وآله وسلم
Et les récits sur cette question et avec ce contenu (sens) sont nombreux, et on tire de l’ensemble de ces récits que la Wilayat des Ahl al-Bayt, que la paix soit sur eux, est une condition de l’acceptation des oeuvre chez Allah, Pureté à Lui, mais plus encore c’est une condition de l’acceptation de la Foi (al-Iman) en Allah et en Son Noble Prophète, que la paix soit sur lui et le salut [d’Allah]9.

L’ayatollah précise donc que l’acceptation des œuvres auprès d’Allah passe par la Wilaya des Imams d’Ahl al-Bayt mais plus encore, l’acceptation de la Foi en Allah et Son Messager passe également par l’adhésion à la Wilaya des Douze Imams. Le lecteur non-Imamite peut conclure aisément que ni ses œuvres ni même sa Foi en Allah et en son Prophète Muhammad ne seront acceptés au Jour Dernier.

A la lecture de ces propos, nous sommes loin des discours d’Unité que les prêcheurs Chiites citent en provenance de cet homme afin de rallier les cœurs des Musulmans à leur propagande.

  1. 1. Né le 17 mai 1902 – mort le 3 juin 1989, homme politique et dignitaire religieux il fut le guide spirituel de la Révolution Iranienne de 1979 qui mit fin au pouvoir tyrannique du Chah d’Iran Muhammad Reza Pahlavi. il fut l’auteur de nombreux ouvrages dont son fameux al-Hukumat al-Islamiyyat dans lequel il a repris et développé la théorie du gouvernement du Juriste théologien. Il est aujourd’hui encore une référence incontournable auprès des Chiites, en particulier des Chiites iraniens. L’actuel président  iranien Mahmoud Ahmadinejad a même récemment qualifié l’Imam Khomeiny de Ma’sum [infaillible] attribut des Prophètes et des 12 imams.
  2. 2. L’ouvrage est disponible en ligne sur ce site chiite shiaonlinelibrary.com.
  3. 3. Al-Makasib al-Muharamat de l’Ayatollah al-Khomeyni, page 250, passage que vous pouvez consulter en ligne ici.
  4. 4. Choses de base, nécessaires à connaitre de la Religion.
  5. 5. Les savants experts en la matière.
  6. 6. Al-Makasib al-Muharamat de l’Ayatollah Khomeini, page 251 et 252, passage que vous pouvez consulter en ligne ici et ici.
  7. 7. Al-Arba’un Haditha de Khomeini, page 631.
  8. 8. Al-Arba’un Haditha de Khomeini, page 632.
  9. 9. Al-Arba’un Haditha de Khomeini, page 633.

0 commentaires

se connecter

s'inscrire

Reset Your Password