jeudi 27 avril 2017

Le Coran : Un message crypté !

L’époque actuelle étant celle des médias, les Chiites Imâmites ne se risquent plus à déclarer haut et fort que le Coran a été falsifié. Dorénavant leur prêche est plus sophistiqué, plus élaboré. Il faut bien comprendre pourquoi les Imâmites déclarent que le Coran a été falsifié, tout simplement parce qu’il ne s’y trouve rien qui puisse étayer leurs croyances, aucune trace de l’Imamat et des Imams Infaillibles qui sont pourtant le pilier de leur credo.

Aucune mention des noms de Ali et des autres onze Imam Infaillibles… alors que dans le même temps on y trouve mention de Abu Lahab l’oncle du Prophète ou Zayd  son fils adoptif et affranchi. Comment ces deux noms peuvent être mentionnés, qui ne sont pourtant pas des articles de foi alors qu’aucun des noms des Imams Infaillibles n’est mentionné et qu’ils représentent le socle même de la religion à en croire les Chiites Imâmites ?!
C’est très précisément pour cette raison que les Chiites Imâmites ont prétendu que le Coran a été falsifié et nombreux sont les récits Chiites (et nous aurons l’occasion dans un prochain article d’en citer un échantillon) qui font état de cela et qui révèlent que tel ou tel verset mentionnait Ali  et la Famille du Prophète mais que les compagnons l’ont supprimé !
Aujourd’hui les savants Imâmites ne se risquent pas de déclarer en public que le Coran a été falsifié, mais le problème étant toujours le même (aucune mention de l’Imamat ou des Imams Infaillibles dans le Coran), ils se doivent de trouver des réponses… et c’est justement une de ces « réponses », en la personne du Cheikh immite koweitien, le Cheikh Hojjat al-Islam Abdallah Dachti1 que nous vous proposons de découvrir aujourd’hui.

Dans un ouvrage intitulé « L’Imamat dans ses racines coraniques » (الإمامة في جذورها القرآنية), où l’auteur tente désespérément de trouver trace de l’Imamat et des Imams Infaillibles, il écrit au début de sa conclusion :

لماذا لم يركز القرآن على الإمامة كتركيزه على النبوة ؟
فهنا سؤال مهم نعتقد بضرورة الإجابة عليه : فإن البحث السابق وإن استطاع إن يبرز وجود عقيدة الإمامة في القرآن ، ولكن يبقى سؤال وهو أن القرآن عندما تحدث عن عقائد المؤمنين حددها بشكل واضح ، كما في قوله تعالى :
۞لكن البر من آمن بالله واليوم الآخر والملائكة والكتاب والنبيين۞
وكذا في قوله تعالى :
۞آمن الرسول بما أنزل إليه من ربه والمؤمنون كل آمن بالله وملائكته وكتبه ورسوله لا نفرق بين أحد من رسله۞
وأيضا قوله تعالى :
۞يا أيها الذين آمَنوا آمِنوا بالله ورسوله والكتاب الذي نزل على رسوله والكتاب الذي أنزل من قبل ومن يكفر بالله وملائكته وكتبه ورسله واليوم الآخر فقد ضل ضللا بعيدا۞
وكما ترى ليس بينها الإيمان بالإمامة كأصل من الأصول ، فكيف يمكن مع هذا القول بأن الإمامة من الأصول الاعتقادية ؟
ويبقى تساؤل آخر وهو لماذا لم يتم التصريح بهذا كله بصورة جلية واضحة لا يمكن لأصحاب الهوى العبث بها وذلك من خلال تحوير المعاني ؟ ألم يمكن التصريح باسم علي (ع) كإمام في كتاب الله فتنتهي المشكلة ؟

Pourquoi le Coran n’évoque t-il pas l’Imamat, de la même façon dont il se focalise sur la Prophétie ?

Ici se pose une question importante qui impose que nous y répondions : L’étude précédente, même si elle montre l’existence de la croyance de l’Imamat dans le Coran, il reste cependant une question qui est que lorsque le Coran évoque les [fondements] de la croyance, il les énumère de manière très claire, comme dans le verset :۞La piété ne consiste pas à tourner sa face du côté de l’Orient ou de l’Occident, la piété, c’est croire en Dieu, au Jugement dernier, aux Anges, aux Livres et aux prophètes2.۞De même dans ce verset : ۞Le Prophète croit pleinement à ce que lui a révélé son Seigneur, ainsi que les fidèles. Tous ensemble croient en Dieu, à Ses Anges, à Ses Écritures et à Ses Messagers, sans faire aucune distinction entre Ses Prophètes3.۞

Et dans ce verset également :۞Ô vous qui croyez ! Ayez toujours foi en Dieu, en Son Prophète, au Coran qui lui a révélé et aux Écritures qui l’ont précédé ! Quiconque renie Dieu, Ses Anges, Ses Livres, Ses Prophètes et le Jour dernier s’écarte à jamais de la Vérité4.۞

Comme tu peux le voir, il n’y a pas parmi [cette énumération] la Foi dans l’Imamat comme étant un pilier parmi les piliers [de la Foi], donc comment se peut-il de dire que l’Imamat est un des fondements de la Croyance ?Et il y a d’autres questions encore : Pourquoi la formulation [de l’Imamat comme un pilier de la Foi] n’est-elle pas exprimée de manière explicite et claire de sorte que les gens de la passion ne puissent esquiver [cette vérité] en jouant sur les interprétations ? N’était-il pas possible de révéler explicitement le nom de Ali (as) comme Imam [Infaillible] comme Le Livre d’Allah et régler le problème une fois pour toute5 ?

L’auteur pose effectivement les bonnes questions, ou du moins il reprend les objections légitimes que les Imâmites se voient rétorquer par les Musulmans.  Et quelles réponses apportent-ils à ces questions ?

Voici justement la « réponse » qu’il tente d’apporter à ces interrogations :

والمهم أن ما نريد قوله أن رسول الله (ص) يمكن أن يراعي هذه الحالة عند إبلاغ بعض الأمور التي لا يجد تقبلا لها بين أصحابه ، كما أنه راعى جانب المشركين حينما كان يمتنع عن قتل بعض المنافقين أو الخونة بقوله (ص) :  » لا يتحدث الناس أنه كان يقتل أصحابه  » كما في صحيح البخاري كتاب المناقب باب ما ينهى من دعوة الجاهلية وموارد متعددة غيرها ، إذ ظاهر هذا النص المتكرر في الصحاح وفي عدة وقائع أن لرسول الله (ص) الحق في قتلهم ولكن يراعي ضرورة الحفاظ على شعور الكفار بأن دخولهم الإسلام يضمن لهم السلامة فيدخلوا في الدين ولو طمعا في النجاة .
وقد صرح رسول الله (ص) بأنه ترك أمرا ما يتعلق بالكعبة لحداثة الناس بالإسلام فقد روت عائشة كما في صحيح مسلم كتاب الحج باب حجر الكعبة قالت : سألت رسول الله (ص) عن الحجر … قال :  » ولولا أن قومك حديث عهدهم في الجاهلية فأخاف أن تنكر قلوبهم لنظرت أن أدخل الحجر في البيت وأن ألزق بابه بالأرض ».
ذكرنا ما سبق من الأمثلة لكي ندلل على أن يمكن لرسول الله (ص) أن يتريث في تبليغ بعض الأحكام لإدراكه وجود نوع اعتراض من الصحابة عليها مع تفاوت درجات الاعتراض والرفض ، وما قوله تعالى :۞يا أيها الرسول بلغ ما أنزل إليك من ربك وإن لم تفعل فما بلغت رسالته والله يعصمك من الناس۞ إلا إشارة لهذه الحقيقة ، ونكرر أننا لا نريد أن نقول أن الأمر يؤثر في أصل التبليغ بل درجته ومستواه ، ويوجب نوع من التدريج في تبليغه.
وهذا الأمر كما يؤثر على رسول الله (ص) يؤثر على صياغة القرآن لمثل هذه الأمور بل هنا الأمر أخطر ، إذ لو صرح بمطلب يعارضه عدد من كبار الصحابة فإن هناك خطورة في تحريف آيات الكتاب.
ولذا من الطبيعي أن يصاغ الأمر في القرآن بحيث لا يفقد وضوحه ولكن في نفس الوقت يعرض بطريقة يؤمن معها كتاب الله أن تناله يد التحريف ، إذ من الخطأ افتراض أن القرآن يحفظ بطريق المعجز دائما بل قد تكون بعض الأسباب الطبيعية هي التي أدت إلى عدم مساس آياته بأي نوع من أنواع التحريف اللفظي ، نعم قد تتدخل عوامل معجزة عند بعض الضرورات تمنع من تطرق الباطل إليه .
ولذا تجد العديد من الآيات التي تتعلق بالإمامة توضع في سياق غريب وأمثلتها عديدة ، وإليك بعضها :
أولها : آية إكمال الدين التي نزلت بعد غدير خم حيث وضعت في وسط آيات تتعلق ببيان المحرم من اللحوم ، قال تعالى :۞ حرمت عليكم الميتة والدم ولحم الخنزير وما أهل لغير الله به والمنخنقة والموقوذة والمتردية والنطيحة وما أكل السبع إلا ما ذكيتم وما ذبح على النصب وأن تستقسموا بالأزلام ذلكم فسق.۞ ثم انتقلت الآيات للحديث عن إكمال الدين بقوله تعالى :۞ اليوم يئس الذين كفروا من دينكم فلا تخشوهم واخشون اليوم أكملت لكم دينكم وأتممت عليكم نعمتي ورضيت لكم الإسلام دينا.۞ ثم رجعت الآيات تتحدث عن الموضوع السابق بقوله تعالى:۞ فمن اضطر في مخمصة غير متجانف لإثم فإن الله غفور رحيم.۞
ثانيها : آية التطهير التي تجدها وضعت بين آيات تتعلق بنساء النبي (ص) مع أنه من الواضح من الروايات التي تتحدث عن أسباب النزول أنه لا علاقة لآية التطهير بهن قال تعالى :۞ وقرن في بيوتكن ولا تبرجن تبرج الجاهلية الأولى وأقمن الصلاة وآتين الزكاة وأطعن الله ورسوله إنما يريد الله ليذهب عنكم الرجس أهل البيت ويطهركم تطهيرا, واذكرن ما يتلى في بيوتكن من آيات الله والحكمة إن الله كان لطيفا خبيرا.۞
ثالثها : قوله تعالى مبينا أن الشاهد بعد رسول الله (ص) هو رجل منه :۞ أفمن كان على بينة من ربه ويتلوه شاهد منه ومن قبله كتاب موسى إماما ورحمة۞، إذ دخول ۞ومن قبله كتاب موسى إماما ورحمة۞ كجملة اعتراضيه أمر متعمد لحفظ الآية ، وكأن السياق الطبيعي : «ويتلوه شاهد منه إماما ورحمة».
Quoiqu’il en soit, ce que nous voulons dire c’est qu’il est possible que le Messager d’Allah ait considéré cette situation au moment où il devait transmettre certaines choses qui n’auraient pas rencontré l’acceptation parmi ses Compagnons. De même qu’il avait considéré [la réaction] des polythéistes au moment où il s’abstint de tuer certain hypocrites ou traitres en disant : « Qu’on ne dise pas qu’il (Mohammed) tue ses Compagnons » comme il est rapporté dans Sahih al-Bukhârî, livre des mérites, chapitre de l’interdiction des comportement de la période anté-islamique, et dans d’autres sources encore.
Ce qui apparait de ce récit contenu dans plusieurs des Sihah6 et plusieurs récits c’est que le Messager d’Allah  était en droit de les tuer mais il prit en considération la nécessité de préserver les sentiments des mécréants car il leur était garanti la sécurité en rentrant dans l’Islam, et ils se convertissaient [effectivement] à l’Islam et cela même si c’était [uniquement] pour sauvegarder leur vie.
Et le Messager d’Allah a déclaré qu’il abandonna un projet concernant la Kaaba en raison de la récente conversion des gens à l’Islam. Ainsi, dans Sahîh Muslim, le « Livre du Pélerinage » chapitre « La Pierre de la Kaaba », Aicha rapporte qu’elle a demandé au Messager d’Allah à propos de la Pierre de la Kaaba…et qu’il a répondu : « Si ton peuple n’était proche de l’époque de la Jahiliyyat et que je craignais que leur coeur réprouve [mon action] j’aurais envisagé de rentrer la Pierre (al-Hajar al-Aswad) à l’intérieur de la Maison [d’Allah] et remettre la Porte [de la Kaaba] au niveau du sol.
Nous avons mentionné dans notre propos précédent des exemples afin de montrer qu’il était possible au Messager d’Allah d’hésiter à transmettre certaines choses [Lois] du fait qu’il connaissait l’existence d’une certaine opposition de la part des Compagnons, avec différents degrés d’opposition et de rejet.
Et la Parole d’Allah ۞Ô Messager, transmet ce qui t’a été révélé de la part de Ton Seigneur, et si tu ne le faisais pas tu n’aurais pas transmis Son Message. Allah te protègera des gens7.۞ fais justement référence à cette réalité.
Encore une fois, nous répétons que nous ne voulons pas dire que tout cela a eu des conséquences sur la base même de la transmission [du message divin] mais uniquement sur le degré et le niveau [de la transmission du message divin]. Et il fallait une certaine graduation dans sa transmission.
Et cette affaire, de la même façon qu’elle eu une influence sur le Messager d’Allah , elle en eut également sur la formulation du Coran pour les mêmes raisons, et d’autant plus encore pour la question du Coran. En effet, si un commandement avait été formulé clairement [dans le Coran], auquel se seraient opposé les grands Compagnons, il y aurait eu alors un risque d’altération des versets du Coran [par ces grands compagnons].
Et pour cette raison, il était tout naturel de formuler ce point dans le Coran de telle sorte que sa clarté ne le mette pas en péril [de falsification] mais que dans le même temps il soit exposé d’une façon qui préserve le Coran de la falsification.
Et il est faux de supposer que le Coran soit préservé de façon miraculeuse uniquement, il se peut [au contraire] que ce soit des causes toute naturelles qui conduisent à préserver les versets coraniques de toute sorte de falsification linguistique. Oui, il arrive que des facteurs miraculeux surviennent pour quelques nécessités afin d’empêcher le Faux (al-Bâtil) de s’y introduire [et la corrompre].
Ainsi, on trouve plusieurs versets relatifs à l’Imamat qui apparaissent dans un contexte étrange et les exemples sont nombreux, nous en citons quelques uns ici :

– Premier cas : Le verset de la Complétude de la Religion (Ikmâl al-Dîn) qui fut révélé après l’évènement de Ghadîr Khum et que l’on trouve placé au milieu de versets relatifs à la description des Interdits en matière de viande. Allah le Très-Haut dit :
۞Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui de Dieu, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne, et celle qu’une bête féroce a dévorée – sauf celle que vous égorgez avant qu’elle ne soit morte -. (Vous sont interdits aussi la bête) qu’on a immolée sur les pierres dressées, ainsi que de procéder au partage par tirage au sort au moyen de flèches. Car cela est perversité. Aujourd’hui, les mécréants désespèrent (de vous détourner) de votre religion : ne les craignez donc pas et craignez-Moi8.۞. Puis les versets basculent sur le discours à propos de la complétude de la Religion :
۞Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous9.۞
Puis de nouveau les versets reparlent du sujet précédent (les Interdits alimentaires relatifs à la viande) :
۞Si quelqu’un est contraint par la faim, sans inclination vers le péché… alors, Dieu est Pardonneur et Miséricordieux10.۞

-Deuxième cas : Le verset de la Purification que tu trouves au beau milieu de versets qui concernent les épouses du Prophète alors qu’il apparait clairement des récits relatifs aux circonstances de la révélation [de ce verset] qu’il n’y a aucun rapport entre le verset de la Purification et ces versets. Allah le Très-Haut dit :
۞Restez dans vos foyers; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes avant l’Islam (Jahiliyyat). Accomplissez la Salat, acquittez la Zakat et obéissez à Dieu et à Son messager. Dieu ne veut que vous débarrasser de toute souillure, ò gens de la maison [du prophète], et vous purifier pleinement. Et gardez dans vos mémoires ce qui, dans vos foyers, est récité des versets de Dieu et de la sagesse. Dieu est Doux et Parfaitement Connaisseur11

– Troisième cas : La Parole du Très-Haut explicitant que le Témoin après le Messager d’Allah est un homme issu de lui :
۞Est-ce que celui qui se fonde sur une preuve évidente [le Coran] venant de Son Seigneur et récitée par un témoin [l’archange Gabriel] de Se part, cependant qu’avant lui [Muhammad] il y a le livre de Moïse tenant lieu de guide et miséricorde [est meilleur ou bien celui qui ne se fonde sur aucune preuve valable ?]12.۞
L’insertion [du passage] :
۞cependant qu’avant lui [Muhammad] il y a le livre de Moïse tenant lieu de guide et miséricorde۞ apparait comme une phrase introduite intentionnellement pour préserver le Verset [de la falsification des compagnons] , comme si la séquence normale/naturelle était : «et récitée par un témoin [l’archange Gabriel] de Se part, tenant lieu de guide et miséricorde13».

Voyant bien que les versets qu’ils utilisent dans le cadre de leurs interprétations fantaisistes (Bâtinites), placés dans leur contexte, renvoient à une toute autre signification et balaient immédiatement leurs allégations… et ne pouvant pas révéler leur croyance publiquement vis à vis du Coran… ce savant Chiite nous explique tout simplement qu’Allah code Son Message. Il ne veut pas le rendre clair et limpide car sinon les Compagnons falsifieraient immédiatement le Coran. Ainsi, Allah n’a pas pu expliciter dans Son Livre ce pilier de la Foi que constitue l’Imamat, il en a été rendu incapable à cause des Compagnons, qui finalement ont pris le dessus et empêché Allah de révéler clairement ce pilier de la croyance à l’Humanité entière !

Allah et Son Prophète ont donc été réduit à communiquer par code, par un message crypté !

Au passage, on voit que l’auteur prend en deuxième exemple le « Verset de la Purification », qui constitue un des arguments clés de la propagande Chiite. Or on voit bien finalement, qu’en dépit de tous leurs efforts pour faire croire que ce verset a été révélé à propos de Ali, Fatima, Hassan et Houssein (alors que ce verset, comme le montre très clairement le passage coranique s’adresse en premier lieu et avant tout aux femmes du Prophète ), ils savent pertinemment que le contexte coranique est clairement contre eux et réduit à néant leurs allégations.

۞Ô femmes du Prophète ! Vous n’êtes comparables à aucune autre femme. Si vous êtes pieuses, ne soyez pas trop complaisantes dans votre langage, afin que celui dont le coeur est malade [l’hypocrite] ne vous convoite pas. Et tenez un langage décent.
Restez dans vos foyers; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes avant l’Islam (Jahiliyah). Accomplissez le Salat, acquittez la Zakat et obéissez à Dieu et à Son messager. Dieu ne veut que vous débarrasser de toute souillure, ò gens de la maison [du prophète], et vous purifier pleinement.
Et gardez dans vos mémoires ce qui, dans vos foyers, est récité des versets de Dieu et de la sagesse. Dieu est Doux et Parfaitement Connaisseur14.۞

Et c’est bien pour masquer cette évidence que ce savant imamite développe sa théorie de message codé ! D’ailleurs on voit très bien que ce verset, utilisé à des fins de propagande par les Chiites, pose un grand problème aux savants Chiites lorsqu’on le rapporte à son contexte coranique.
Ainsi Majlissi lui, est encore beaucoup plus explicite, il ne s’embarasse pas à parler de message codé (il faut se rappeler qu’il pouvait plus aisément se permettre ce genre de propos à son époque, il n’y avait pas encore l’écho médiatique que l’on connait aujourd’hui), il va plus loin : « Le Verset de la Purification » est un verset qui n’est pas à sa place ! Il rapporte en effet, dans on ouvrage Bihâr al-Anwâr :

لعل آية التطهير وضعوها في موضع زعموا أنها تناسبه، أو أدخلوها في سياق مخاطبة الزوجات لبعض مصالحهم الدنيوية، وقد ظهر من الأخبار عدم ارتباطها بقصتهن، فالاعتماد في هذا الباب على النظم والترتيب ظاهر البطلان، ولو سلم عدم التغيير في الترتيب، فنقول: ستأتي أخبار مستفيضة بأنه سقط من القرآن آيات كثيرة، فلعله سقط مما قبل الآية وما بعدها آيات لو ثبتت لم يفت الربط الظاهري بينها.
Ils ont très probablement disposé le Verset de la Purification dans un emplacement dont ils ont prétendu qu’il lui correspondait. Ou bien ils l’ont inséré dans un passage [coranique] s’adressant aux épouses [du Prophète] en raisons de certains intérêts terrestres (sic!), et il ressort clairement des récits qu’il n’a aucun lien avec leur récit15. Par conséquent, se baser sur la structure et l’ordre [de ces versets] est de toute apparence caduque.
Et quand bien même, nous admettrions aucune modification dans la séquence [de ces versets], nous dirions : Nous apporterons plusieurs récits qui montrent que de nombreux versets ont été retirés du Coran. Et il est très probable que des versets ont été retirés avant et après ce verset [de la Purification], qui, s’ils avaient été maintenus n’auraient pas rompu le lien (la séquence) entre les versets16.

Ce propos est repris intégralement par al-Mawlâ Muhammad Amîn al-Tahrânî al-Najafî (mort en 1321h) dans son ouvrage Mahajjat al-‘Ulamâ’ (page 163).

Le célèbre traditionnaliste imamite Yussûf al-Bahranî rapporte également des propos similaires dans al-Hadâ’iq al-Nâdira (vol 2 page 290) où il évoque lui aussi une substitution pour le verset de la Purification, sans donner plus de détail.

Nous avons également le même type d’explication par le savant Chiite Imâmite contemporain al-‘Allama al-Tabâtabâ’î dans son ouvrage d’exégèse Tafsîr al-Mîzân qui est un ouvrage de référence :

فالآية لم تكن بحسب النزول جزء اً من آيات نساء النبي ولا متَّصلة بها و إنما وضعت بينها إمّا بأمرٍ من النبي أو عند التأليف بعد الرحلة
Le verset (de la purification) selon la révélation ne faisait pas partie des versets des épouses du Prophète et n’avait aucun lien (avec ces versets) mais plutôt il a été rajouté (entre ces versets) soit par le Prophète soit après sa mort lors de la compilation (par les compagnons)17.

Enfin, pour ne citer qu’un dernier exemple, le célèbre savant Chiite Imâmite Abd al-Hussein Charafuddin al-Musâwî (l’auteur de l’ouvrage de propagande « Les correspondances ») écrit lui aussi à propos du « Verset de la Purification » :

Bien que nous soyons convaincu que les versets du Coran n’aient fait l’objet d’aucune altération, et que notre Livre n’a pas été falsifié de quelque manière qu’il soit, il n’est nullement certain que l’arrangement et la recension des versets soient précisément ceux dans lesquels ils furent révélés. Il est tout à fait possible que le « Verset de la Purification » concernant les gens de la Maison du Prophète fusse révélé séparément et ensuite, lorsque les versets du Coran ont été rassemblés, placé au milieu des versets concernant les épouses du Prophète , soit par erreur, soit délibérément18.

Même substance dans les propos que ses pairs, mais avec la langue de bois en plus…

Vous l’aurez bien compris, il s’agit pour les savants Chiites de tourner autour du pot. Ils savent pertinemment, notamment pour les savants Chiites contemporains, que déclarer publiquement leur croyance vis-à-vis du Coran les disqualifieraient aux yeux de tous les Musulmans et de leur disciples mêmes (qui sont pour la grande majorité abusés sur cette question), c’est pourquoi nous les voyons élaborer des théories alambiquées autour de cette question même si parfois, au détour d’un passage, ils baissent leur garde (c’est surtout le cas des anciens savants Chiites, les savants contemporains sont très vigilants sur cette question, époque des médias et de la communication oblige), à l’image de Majlissi qui, commentant un récit faisant état de falsification du Coran, déclare :

الخبر صحيح. ولا يخفى أن هذا الخبر وكثير من الأخبار الصحيحة صريحة في نقص القرآن وتغييره وعندي أن الأخبار في هذا الباب متواترة معنى ، وطرح جميعها يوجب رفع الاعتماد عن الأخبار رأساً ، بل ظني أن الأخبار في هذا الباب لا يقصر عن أخبار الإمامة فكيف يثبتونها بالخبر ؟
Cette tradition est authentique et on ne peut fermer les yeux sur le fait que ce récit et un grand nombre d’autres récits authentiques sont explicites sur la diminution du Coran ainsi que sa modification. Ces récits sont Mutawatir dans leur sens, par-conséquent ignorer ces récits équivaudrait à ignorer tous les récits [toute la Tradition], je pense que les récits faisant référence à cela [à la falsification] ne sont pas moins nombreux que ceux parlant de l’Imamat donc comment peuvent-ils l’établir à partir des récits 19?

Nous avons donc le choix dans les réponses apportées par les savants Chiites Imâmites au sujet de l’absence de versets explicites ou de noms des 12 Imams dans le Coran. Parfois il s’agit de tester les croyants, parfois il s’agit d’éviter que le Coran ne soit falsifié, ici nous avons un langage codé avec des versets placés au mauvais endroit (donc finalement un Coran falsifié) qui permet d’éviter que le Coran ne fût modifié au cas où Allah aurait révélé des versets explicites au sujet de l’Imamat des 12 Imams.

  1. 1. Cheikh Chiite Imâmite Koweïtien ayant étudié le Chiisme Imâmite en grande partie à Qom en Iran. Il a eu pour professeurs parmi les plus importants savants Chiites tel que le Grand Ayatollah Jawad al-Tabrizi ou le Grand Ayatollah Cheikh Wahid al-Khorassani. Auteur de plusieurs ouvrages, il est aujourd’hui l’imam de la Mosquée de l’Imam Mahdi qui se trouve dans le district Riqa’ï à Koweït City depuis 1997. Il est également le Wakil (représentant officiel) des Grands Ayatollah al-Sistani, Jawad al-Tabrizi et Fadhel al-Lankarani.
  2. 2. Sourate La Vache (al-Baqarah), Verset 177
  3. 3. Sourate La Vache (al-Baqarah), Verset 285
  4. 4. Sourate Les Femmes (al-Nissâ’), Verset 136
  5. 5. L’Imamat dans ses racines coraniques, chapitre « Conclusion ».
  6. 6. C’est la formulation « autorisée » dans les milieux Chiites pour désigner les six ouvrages de traditions Sunnites : Bukhâri, Muslîm, Abu Dawud, Tirmidhi, Ibn Majah et al-Nassaî. Ils utilisent délibérément le terme « al-Sihah« , c’est à dire « Les Authentiques » pour fourvoyer leurs interlocuteurs et leur faire croire que tout ce qui est contenu dans ces six ouvrages est authentique
  7. 7. Sourate La Table (al-Ma’idah), Verset 67
  8. 8. Sourate La Table (al-Maidah), Verset 5
  9. 9. Sourate La Table (al-Maidah), Verset 5
  10. 10. Sourate La Table (al-Maidah), Verset 5
  11. 11. Sourate Les Coalisés (al-Ahzab), Versets 33 et 34
  12. 12. Sourate Houd (Hud), verset 17
  13. 13. L’Imamat dans ses racines coraniques, chapitre « Conclusion ».
  14. 14. Sourate Les Coalisés (al-Ahzab), Versets 33 à 35
  15. 15. C’est à dire, avec le passage coranique relatif aux épouses du Prophète [saws]
  16. 16. Bihâr al-Anwâr, al-Majlissî vol 35 page 234. Disponible sur le lien suivant : www.aqaed.com
  17. 17. al-Tabâtabâ’î, Tafsîr al-Mîzân vol 16 page 312
  18. 18. Abd al-Hussein Charafuddin al-Musâwî, Kalimat al-Ghurrâ’ page.213
  19. 19. Al Majlissi qui dans son livre Mir’at Al ‘Uqul, Vol. 12 page 525

1 commentaires

  1. ib 9 mois ago

    Franchement les chiites déconnaient grave !😂

    Répondre J'aime J'aime pas

se connecter

s'inscrire

Reset Your Password