jeudi 19 octobre 2017

Les compagnons tentent d’assassiner le Prophète lors du retour de l’expédition de Tabûk (2/2)

Dans un article précédent, nous vous avions présenté la croyance Chiite concernant la tentative d’assassinat du Prophète par les Compagnons au retour de l’expédition de Tabûk. Dans cet article, nous allons répondre aux « preuves sunnites » présentées par les propagandistes chiites pour tenter de faire croire que cette tentative de meurtre sur le Prophète par les Compagnons à Tabuk est étayée par des sources sunnites fiables.

Parmi ces preuves, nous allons reprendre celles qui se trouvent sur un site Chiite francophone1 qui ne fait que reprendre et traduire cet article anglais d’un prêcheur Chiite iranien, l’Ayatollah Docteur Sayyed Muhammad Hosseini al-Qazwini qui a fondé son institut de recherche situé à Qom en Iran sous la supervision de l’Ayatollah Khaza’li décédé récemment, ce dernier était l’un des auteurs de la constitution iranienne de 1979 et membre de l’Assemblée des experts, c’est dire l’importance du personnage. D’ailleurs, dans l’article suivant, on peut voir des photos de l’Ayatollah Ali al-Khameneï lui rendre visite lorsqu’il était hospitalisé, observez la tendresse avec laquelle al-Khameneï se tient au chevet de Khaza’li, il lui tient la main à plusieurs reprises : iusnews.ir. L’inverse se produisit également lorsque le Guide la Révolution Ali al-Khameneï fut hospitalisé, l’Ayatollah Khaza’li lui rendit visite, cet article hagiographique du défunt Ayatollah le montre au chevet d’al-Khameneï hospitalisé.

Une fois de plus, le lecteur appréciera le discours public appelant à ne pas « heurter nos frères Sunnites » en ne « maudissant pas les symboles Sunnites », discours à destination des Sunnites et de leurs savants et le contraste avec les actes et les « recherches » faites par ces mêmes personnes pour bien sûr « rapprocher » Sunnites et Chiites.

Cette parenthèse étant fermée, voici donc les propos tirés du site Chiite :

Certains savants sunnites comme Ibnî Hazm Andolossî a mentionné le nom de ces traîtres dans son livre « Al-Mûhallâ » :
Abû Bakr, Omar, Othmân et Sa’d ibnî Abî Waqqâs voulaient assassiner le Prophète (p) en le jetant d’un col dans la zone montagneuse de Tabûk.
Sources :
1-Al-Mûhallâ d’Ibnî Hazm Andolossî, tome 11, page 224
2-L’exègèse d’Ibnî Kathîr, tome 2, page 605

Nous pouvons d’ores et déjà affirmer que dans la seconde source, le Tafsir d’Ibn Kathir, ne figurent nullement les noms de ces Compagnons comme étant les traîtres qui voulaient assassiner le Prophète . La seule liste que nous trouvons dans cette exégèse est la suivante :

ولهذا كان حذيفة يقال له :  » صاحب السر ، الذي لا يعلمه غيره  » أي : من تعيين جماعة من المنافقين ، وهم هؤلاء ، قد أطلعه عليهم رسول الله – صلى الله عليه وسلم – دون غيره ، والله أعلم . وقد ترجم الطبراني في مسند حذيفة تسمية أصحاب العقبة ، ثم روى عن علي بن عبد العزيز ، عن الزبير بن بكار أنه قال : هم معتب بن قشير ، ووديعة بن ثابت ، وجد بن عبد الله بن نبتل بن الحارث من بني عمرو بن عوف ، والحارث بن يزيد الطائي ، وأوس بن قيظي ، والحارث بن سويد ، وسعد بن زرارة وقيس بن فهد ، وسويد وداعس من بني الحبلي ، وقيس بن عمرو بن سهل ، وزيد بن اللصيت ، وسلالة بن الحمام ، وهما من بني قينقاع ، أظهرا الإسلام .
Et pour cette raison, Houdhayfah était appelé « L’Homme du secret », secret que personne d’autre ne savait à part lui, à savoir la désignation d’un groupe parmi les hypocrites, ceux là [qui avaient voulu tuer le Messager à al-Uqbah]. Et le Messager les lui a révélé, et à personne d’autre que lui. Et Allah est le plus savant. Et Tabarani a écrit dans son Musnad de Houdhayfah le nom des Gens de al-Uqbah, puis il a rapporté d’après Ali ibn Abdelaziz d’après Zubayr ibn Bakkar qui a dit : Ce furent Mu’attib Ibn Quchayr, Wadi’a Ibn Thabit, Jadd Ibn Abdallah Ibn Nabthal Ibn al-Harith membre des Bani ‘Omrou Ibn ‘Awf, al-Harith Ibn Yazid al-Tâ’ï, Aws Ibn Qaydhiy, al-Harith Ibn Suwayd, Saad Ibn Zurarah et Qays Ibn Fahd, Suwayda et Da’es membre des Bani Hubla, Qays Ibn ‘Omrou Ibn Sahl, Zayd Ibn al-Lusayt, Sulala Ibn Hammam parmi les Bani Qaynuqa’ et ils étaient en apparence Musulmans.2

Nous pouvons constater que parmi les noms cités, les noms d’Abu Bakr, Omar, Othman, Talha et Saad ibn Abi Waqqas ne figurent pas dans cette liste, il s’agit donc d’un mensonge de la part de l’auteur de cet article.

La première source est un ouvrage d’Ibn Hazm dans lequel il dit ceci :

وأما حديث حذيفة فساقط لأنه من طريق الوليد بن جميع وهو هالك ولا نراه يعلم من وضع الحديث فإنه قد روى أخبارا فيها ان أبا بكر. وعمر. وعثمان.وطلحة. وسعد بن أبي وقاص رضي الله عنهم أرادوا قتل النبي صلى الله عليه وسلم وإلقاءه من العقبة في تبوك وهذا هو الكذب الموضوع
Le Hadith de Hudhayfa est faux, car il est rapporté par Walid ibn Jumai et il n’est pas fiable, il apparait qu’il ne savait pas qui avait fabriqué ce récit, car il a rapporté beaucoup de récits dans lesquels il est dit qu’Abu Bakr, Omar, Othman, Talha et Saad ibn Abi Waqas ont tenté de tuer le Prophète en le poussant d’al-Uqbah durant le retour de Tabûk. C’est un mensonge fabriqué3.

Le prêcheur Chiite déclare ceci :

Mais bien sûr, Ibnî Hazm le sectaire rejette ce récit en disant que :
« Walid ibnî Abdallah est dans la chaîne de transmission de ce récit, donc ce récit est un mensonge. »

Avant de continuer en démontrant que Walid est un narrateur accepté dans les ouvrages Sunnites dont le Sahih Muslim :

Nous vous citons l’avis des autres savants de la secte sunnite à propos de Walid ibnî Abdallah pour connaître la véracité et l’authenticité de l’avis d’Ibnî Hazm à propos de Walid ibnî Abdallah :
Lors que nous nous référons aux livres de Rîjâl sunnite, nous voyons bien que la plu part des savants sunnites témoignent la véracité de Walid ibnî Abdallah en le considérant véridique et fiable.
Ex : Ibnî Hajar Asqalânî un des grands savants sunnites écrit à propos de Walid ibnî Abdallah dans « Taqrîb ût-Tahdhib » :
Walid ibnî Abdallah ibnî Jamî ûz-Zahri al-Maqqi Nazil ûl-Kûfa est Sadûq {véridique}.
Source : Taqrib ût-Tahdhib d’Ibnî Hajar, tome 2, page 286.
7459 – الوليد بن عبد الله بن جميع الزهري المكي نزيل الكوفة صدوق.
تقريب التهذيب، ابن حجر، ج 2، ص 286، وفات: 852، دراسة وتحقيق: مصطفى عبد القادر عطا، 1415 – 1995 م، ناشر: دار الكتب العلمية، بيروت، لبنان، توضيحات: طبعة مقابلة على نسخة بخط المؤلف وعلى تهذيب التهذيب وتهذيب الكمال.
Ibnî Sa’d écrit à propos de Walid ibnî Abdallah dans « At-Tabaqat ûl-Kûbrâ » :
Il était fiable, et avait des hadiths.
Source : At-Tabaqât ûl-Kûbrâ, tome 6, page 354
الوليد بن عبد الله بن جميع الخزاعي من أنفسهم وكان ثقة وله أحاديث.
الطبقات الكبرى، محمد بن سعد، ج 6 – ص 354، وفات: 230، ناشر: دار صادر، بيروت.
Et Al-Ajali un autre savant sunnite écrit à propos de Walid ibnî Abdallah dans « Marîfat û-Thîqât » :
Walid ibnî Abdallah était fiable et de la Mecque.
Source : Marîfat û-Thiqât, tome 2, page 342
الوليد بن عبد الله بن جميع الزهري مكي ثقة.
معرفة الثقات، العجلي، ج 2 – ص 342، وفات: 261، 1405، ناشر: مكتبة الدار، المدينة المنورة.
Et encore plus important est que Mûslîm Neyshâbûri dans « Sahih Mûslîm » a rapporté deux récits dont Walid ibnî Abdallah îbnî Jamî est le rapporteur.
Sources
1-Sahih Mûslîm, tome 5, page 177
2-Sahih Mûslîm, tome 8, page 123
Ce qui prouve que selon Mûslîm, Walid ibnî Abdallah était fiable et véridique.
Sinon les sunnites doivent enlever le mot « Sahih » de ce livre !

Et de conclure la chose suivante :

Conclusion :
1-Le récit d’Ibnî Hazm Andolossî concernant le plan d’assassiner le Prophète (p) par les compagnons hypocrites, est authentique.

2-Omar, Abû Bakr et Othmân souhaitaient r assassiner le Prophète (p), ce qui signifie qu’ils étaient ennemis du Prophète (p) et n’étaient pas musulmans.

La conclusion est erronée car il n’existe aucune chaine de transmission dans le récit cité par Ibn Hazm, d’ailleurs on peut le voir dans l’article Chiite qui analyse ce narrateur mais qui omet d’analyser les autres narrateurs puisqu’ils n’existent pas dans les propos d’Ibn Hazm, ni même dans aucun autre ouvrage, il est juste question de Walid Ibn Jami’ qui est mort en l’an 50 de l’Hégire, or Ibn Hazm est un savant du 5ème siècle de l’Hégire !

La chaine entre lui et Walid Ibn Jami’ n’apparait pas, de même que la chaine entre Walid Ibn Jumai et le témoin oculaire de cette attaque n’apparait pas également. Alors, il n’est pas raisonnable d’accepter ce type de narration en se basant sur la connaissance d’un seul narrateur alors que la chaine devrait en compter une dizaine vu l’écart d’années, de siècles entre Ibn Hazm et Walid Ibn Jami’.

Hudhayfa a été surnommé « Sahab al-sir” (Possesseur du secret), car il connaissait les noms des hypocrites mais il semblerait que d’autres de ses propos constituent également des secrets aux yeux des Chiites Imâmites car en effet, Hudhayfa a rapporté beaucoup de récits prophétiques faisant l’éloge d’Abu Bakr et Omar . Lui-même a fait les éloges de Omar ou Othman par exemple.

Dans un récit narré par Zayd Ibn Wahab :

وقال مسدد : ثنا يحيى ، عن الأعمش ، عن زيد بن وهب ، قال : سمعت حذيفة رضي الله عنه ، يقول : ” مات رجل من المنافقين فلم أصل عليه ، فقال عمر رضي الله عنه : ما منعك أن تصلي عليه ؟ قلت : إنه منهم ، فقال :أبالله منهم أنا ؟ قلت : لا . قال : فبكى عمر رضي الله عنه ”
J’ai entendu Hudhayfa dire : « Un autre homme parmi les hypocrites est mort, et je ne prierai pas sur lui lors de ses funérailles. Omar dit alors : Qu’est-ce qui t’a empêché de prier sur lui ? Hudhayfa répondit : « Il est l’un des leurs (parmi les hypocrites). Omar dit : « Par Allah, suis-je l’un d’entre eux ? Hudhayfa répondit : « Non ». Alors Omar se mit à pleurer4.

Dans une autre version de ce récit ci-dessous, Hudhayfa jure par Allah que Omar ne figure pas parmi les hypocrites !

وحذيفة أحد أصحاب النبي صلى الله عليه وسلم الأربعة عشر النجباء، كان النبي صلى الله عليه وسلم أسر إليه أسماء المنافقين، وحفظ عنه الفتن التي تكون بين يدي الساعة، وناشده عمر بالله: أنا من المنافقين اللهم لا، ولا أزكى أحداً بعدك
Et Hudhayfa, un des 14 nobles (Nujaba) compagnons du Prophète . Le Prophète lui avait confié le nom des hypocrites et les tentations qui surviendraient d’ici la fin des temps. Et Omar l’exhorta par Allah : Suis je parmi les hypocrites ? [Hudhayfa répondit] Par Allah non, et je purifierais5 personne après toi6.

Hudhayfa à la question de Omar s’il figure parmi les hypocrites, lui répond non. La réponse est donc sans équivoque et réfute l’accusation Chiite consistant à dire que les premiers Califes figurent parmi les assaillants.
Hudhayfa a également vanté les mérites de Omar plus d’une fois de son vivant comme dans ce récit rapporté par al-Boukhari dans son Sahih :

حَدَّثَنَا مُحَمَّدُ بْنُ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ نُمَيْرٍ، وَمُحَمَّدُ بْنُ الْعَلاَءِ أَبُو كُرَيْبٍ، جَمِيعًا عَنْ أَبِي، مُعَاوِيَةَ قَالَ ابْنُ الْعَلاَءِ حَدَّثَنَا أَبُو مُعَاوِيَةَ، حَدَّثَنَا الأَعْمَشُ، عَنْ شَقِيقٍ، عَنْ حُذَيْفَةَ، قَالَ كُنَّا عِنْدَ عُمَرَ فَقَالَ أَيُّكُمْ يَحْفَظُ حَدِيثَ رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم فِي الْفِتْنَةِ كَمَا قَالَ قَالَ فَقُلْتُ أَنَا ‏.‏ قَالَ إِنَّكَ لَجَرِيءٌ وَكَيْفَ قَالَ قَالَ قُلْتُ سَمِعْتُ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم يَقُولُ ‏ « ‏ فِتْنَةُ الرَّجُلِ فِي أَهْلِهِ وَمَالِهِ وَنَفْسِهِ وَوَلَدِهِ وَجَارِهِ يُكَفِّرُهَا الصِّيَامُ وَالصَّلاَةُ وَالصَّدَقَةُ وَالأَمْرُ بِالْمَعْرُوفِ وَالنَّهْىُ عَنِ الْمُنْكَرِ ‏ »‏ ‏.‏ فَقَالَ عُمَرُ لَيْسَ هَذَا أُرِيدُ إِنَّمَا أُرِيدُ الَّتِي تَمُوجُ كَمَوْجِ الْبَحْرِ – قَالَ – فَقُلْتُ مَا لَكَ وَلَهَا يَا أَمِيرَ الْمُؤْمِنِينَ إِنَّ بَيْنَكَ وَبَيْنَهَا بَابًا مُغْلَقًا قَالَ أَفَيُكْسَرُ الْبَابُ أَمْ يُفْتَحُ قَالَ قُلْتُ لاَ بَلْ يُكْسَرُ ‏.‏ قَالَ ذَلِكَ أَحْرَى أَنْ لاَ يُغْلَقَ أَبَدًا ‏.‏ قَالَ فَقُلْنَا لِحُذَيْفَةَ هَلْ كَانَ عُمَرُ يَعْلَمُ مَنِ الْبَابُ قَالَ نَعَمْ كَمَا يَعْلَمُ أَنَّ دُونَ غَدٍ اللَّيْلَةَ إِنِّي حَدَّثْتُهُ حَدِيثًا لَيْسَ بِالأَغَالِيطِ ‏.‏ قَالَ فَهِبْنَا أَنْ نَسْأَلَ حُذَيْفَةَ مَنِ الْبَابُ فَقُلْنَا لِمَسْرُوقٍ سَلْهُ فَسَأَلَهُ فَقَالَ عُمَرُ ‏.‏
Hudhayfa raconte : “Nous étions en compagnie de Omar qui dit : “Qui parmi vous a préservé de manière parfaite dans sa mémoire, le hadith du Messager d’Allah à propos de l’épreuve ? Je dis : “Je me rappelle exactement de ce qu’il a dit.” Omar dit alors : “Tu es quelqu’un d’audacieux !” Hudhayfa dit :”Le Prophète a dit :”L’épreuve d’un homme se trouve dans sa famille, ses biens, en lui-même, ses enfants, son voisinage et elle est expiée par ses prières, par la charité et en enjoignant à faire le bien et à interdire le mal. Omar dit alors : “Je ne parlais pas de cette épreuve mais de celle qui se soulèvera et frappera telle la vague de la mer. Hudhayfa répondit : “Ô Commandeur des croyants ! Tu ne devrais pas craindre cette épreuve car il y a une porte fermée entre elle et toi.” Omar demanda :”Cette porte sera-t-elle ouverte ou brisée ?” Hudhayfa répondit : “Non, elle sera brisée.” Omar dit :”Ainsi, cette porte ne se refermera jamais !” Plus tard, les gens demandèrent à Hudhayfa :”Est-ce que Omar savait ce que signifiait cette porte ?” Il leur répondit : “Oui, Omar le savait comme les gens savent qu’il y aura une nuit avant demain matin. J’ai narré à Omar une narration authentique, pas un mensonge.” Chaqiq, l’un des narrateurs dit : »Nous n’osions plus interroger Hudhayfa à propos de cette porte, alors nous demandâmes à Masruq de l’interroger : “Qui désignait cette porte ?” Il répondit :”Omar”.7

Mais également après sa mort. Voici deux récits authentiques à ce sujet :

حدثنا عبد الله : قثنا هارون بن سفيان ، نا معاوية بن عمرو قثنا زائدة قثنا منصور ، عن ربعي بن حراش ، عن حذيفة قال : إن عمر لما استخلف كان الإسلام كالرجل المقبل ؛ لا يزداد إلا قربا ، فلما قتل عمر كان الإسلام كالرجل المدبر ؛ لا يزداد إلا بعدا .
D’après Hudhayfa : « Quand Omar a reçu le Califat, l’Islam était comme un homme qui s’approchait et qui continuait sans cesse de s’approcher, mais quand il est mort, l’Islam était comme un homme qui marchait au loin, et qui s’éloignait sans cesse8.

Dans cet autre récit, Hudhayfa fut interrogé :

أخبرنا عبد الرزاق عن معمر عن أيوب عن ابن سيرين قال : سئل حذيفة عن شئ ، فقال : إنما يفتي أحد ثلاثة : من عرف الناسخ والمنسوخ ، قالوا : ومن يعرف ذلك ؟ قال : عمر ، أو رجل ولى سلطانا فلا يجد بدا من ذلك ، أو متكلف.
Il répondit : « Seules trois types de personnes peuvent donner un avis religieux : Ceux qui connaissent l’abrogeant et l’abrogé, ils demandèrent : « Qui connait cela ? » Il répondit : « Omar ». Un homme à qui l’on a donné une haute position et qui n’a pas le choix de donner un avis; ou un Mutakalif (quelqu’un de grandiloquent)9.

L’on comprend de ces récits une haute estime de Omar par Hudhayfa puisqu’il déclare par exemple que du vivant de Omar l’Islam était proche des gens.

Nous citerons également un récit authentique dans lequel Hudhayfa vante les mérites de Othman ibn ‘Affan . Jundub a dit :
حدثنا حبان بن هلال قال، حدثنا أبو الأشهب قال، حدثني حبيب بن الشهيد قال، حدثني الوليد، عن جندبرضي الله عنه قال: بلغنا حديث ذكره حذيفةبن اليمان رضي الله عنه في عثمان بن عفان رضي الله عنه فأنكرته من مثله لمثله، فأتيته عند صلاة الصبح فسلمت عليه ثلاثا فلم يؤذن لي فرجعت، فإذا رسوله قد أتبعني فردني، فدخلت عليه فقال: ما ردك ؟ فقلت: استأذنت – أو سلمت ثلاثا فلم يؤذن لي. فقال:أما إنك لو استأذنت أكثر من ذلك لم يؤذن لك. قال: وحسبتك نائما. قال: ما كنت لانام حتى أعلم من أين تطلع الشمس. قال: ما حديث بلغني عنك ذكرت به عثمان فأنكرته من مثلك لمثله ؟ فقال: قد كان بعض ذلك، أما إنهم قد ساروا إليه وهم قاتلوه. قلت:قاتلوه ؟ قال: قاتلوه – ثلاثا – قلت: فأين قتلته ؟ قال: في النار والله – قالها ثلاثا – قلت: فأين هو ؟ قال: في الجنة والله – قالها ثلاثا – ثم قال: أما إنها قد حضرت فتنة ففر منها. ثم قال: والله لانا أعلم بها من بطريق كذا وكذا. قلت: ما تأمرني ؟ قال:الزم الذي أنت عليه ولا تدعه إلى غيره فتضل.
D’après Jundub : Un récit nous est parvenu, relaté par Hudhayfa Ibn al-Yaman , à propos de Othman ibn Affan , et je reprouvais qu’une telle personne (Hudhayfa) puisse dire telle chose à propos de cette [autre] personne (Othman), alors je suis allé le voir lors de prière de l’aube (chez lui). Je le saluais trois fois en vain sans obtenir la permission de rentrer alors je m’en suis retourné. Alors, un messager vint me chercher et me ramena chez lui et j’y entrais. Il (Hudhayfa) me dit : “Pourquoi es-tu parti ?” Je répondis : “J’ai demandé la permission à trois reprises et je n’ai eu aucune réponse.” Il dit :”Si tu avais demandé à entrer plus que cela (trois fois), alors tu n’aurais pas eu la permission d’entrer.” Je dis :”J’ai pensé que tu dormais.” Il dit :”Je ne dors pas jusqu’à ce que je sache d’où vient le soleil.” Jundub dit :”Qu’en est-il de ce que tu as dit à propos de Othman, des propos que je ne peux accepter venant de toi à propos de quelqu’un comme lui ?” Hudhayfa :”Cela va arriver, ils vont le tuer.” Je dis :”Le tuer ?” Il répondit :”Le tuer – trois fois.” Je dis :”Où sont ses assassins ?” Il répondit :”Par Allah, en enfer !” Il dit cela trois fois. Je dis :”Et lui ? (où est-il ?)” Il répondit :”Par Allah, au paradis !” Il dit cela trois fois et dit ensuite :”La fitna a commencé, tu dois t’en écarter.” Il dit encore :”Par Allah, j’en sais plus à ce sujet (la fitna) que ce chemin et ce chemin.” Je dis :”Et que me suggères-tu de faire ?” Il dit :”Accroches-toi à ce sur quoi tu te trouves, et ne t’en écartes pas pour autre chose, cela te conduira à l’égarement.”10

Hudhayfa est aussi celui qui a rapporté ces propos du Prophète à propos d’Abu Bakr et Omar :

حدثنا الحسن بن الصباح البزار أخبرنا سفيان بن عيينة عن زائدة عن عبد الملك بن عمير عن ربعي هو ابن حراش عن حذيفة قال قال رسول الله صلى الله عليه وسلم “اقتدوا بالذين من بعدي أبي بكر وعمر
Le Prophète a dit « Suivez mes successeurs Abu Bakr et Omar11.

Dans une autre version de ce hadith, Hudhayfa rapporte :

حدثنا سعيد بن يحيى بن سعيد الأموي أخبرنا وكيعٌ عن سالم أبي العلاء المرادي عن عمرو بن هرم عن ربعي بن حراش عن حذيفة قال: – كنا جلوسا عند النبي صلى الله عليه وسلم فقال إني لا أدري ما بقائي فيكم، فاقتدوا بالذين من بعدي وأشار إلى أبي بكر وعمر
Nous étions assis à côté du Prophète et il dit : “Je ne sais pas combien de temps je vais rester auprès de vous, alors suivez-les après moi, et il indiqua la direction d’Abu Bakr et Omar12.

Comme on peut le constater par ces quelques récits authentiques, Hudhayfa avait une estime incommensurable pour les trois premiers Califes et que la version Chiite des évènements n’est basée que sur des présupposés dont le combustible est la haine de ces Compagnons.

  1. 1. Visible à l’adresse suivante : www.chiisme.org
  2. 2. Tafsir Ibn Kathir, exégèse des versets 73 et 74 de la sourate Tawbah. Livre consultable en ligne : library.islamweb.net
  3. 3. Kitab al-Muhallah bi al-Athar d’Ibn Hazm, Vol.11 page 224. Consutable sur le lien suivant : islamport.com
  4. 4. Al-Matalib al-‘Aliya d’Ibn Hajar al-Asqalani, Vol.14 page 702. Consultable sur le lien suivant (Numéro 3623) : www.al-eman.com
  5. 5. Déclarer innocent d’une accusation.
  6. 6. Tarikh al-Islam de l’Imam ad-Dhahabi, Vol.3 page 394. Consultable sur le lien suivant : library.islamweb.net
  7. 7. Sahih al-Bukhari, Livre des afflictions et de la fin des temps. Consultable en ligne : library.islamweb.net
  8. 8. Fadha’il al-Sahaba de l’Imam Ahmad, Vol.2 page 404. Consultable en ligne (Numéro 449) : islamport.com
  9. 9. Musanaf Abdulrazaq, Vol.11 page 105
  10. 10. Tarikh al-Madina d’Ibn Abi Chayba, Vol.2 page 170
  11. 11. Sunan at-Thirmidhi, Livre des vertus – Chapitre des vertus d’Abu Bakr et Omar. Consultable en ligne : hadith.al-islam.com
  12. 12. Sunan at-Thirmidhi, Livre des vertus – Chapitre des vertus d’Abu Bakr et Omar. Consultable en ligne : hadith.al-islam.com

0 commentaires

se connecter

s'inscrire

Reset Your Password