jeudi 27 avril 2017

Vidéo

screenshot-i ytimg com 2016-03-15 23-06-38

L’Ayatollah Mujtaba Chirazi exprime dans cet extrait audio (retranscrit et traduit) toute sa haine de manière abjecte et vulgaire, en accusant Aicha , l’épouse du Prophète de turpitudes sexuelles.
Vous trouverez ci-après le script de l’audio, et sa traduction. Et vous pourrez écouter par vous même l’extrait audio à la suite de ce passage.

من جملة أفعال عائشة جريمة جنسية، والفتوى على مراجع التقليد، وأشير إليها إشارة سريعة بدون بيان واضح.
شوفوا.. قال الإمام الباقر عليه السلام: قيل لـعائشة : إنهم قد أقبلوا بـالحسن بن علي صلوات الله عليهما ليدفن مع رسول الله صلى الله عليه وآله، فخرجت مبادرة -مبادرة: يعني مسرعة، إهنا النكتة الجنسية، دققوا النظر، ولا أوضحها أكثر من هذا- فخرجت مبادرة على بغل بسرج.
ما جلست في هودج، وإنما جلست على سرج البغل، هذا اللي عنده زوجة خليه يفكر ويعرف!
يعني هنا أكو تناقض بين رسول الله صلى الله عليه وآله وبين عائشة ، إما أن تجعل رسول الله صلى الله عليه وآله فوق رأسك وتجعل عائشة تحت حذائك، أو بالعكس: تجعل عائشة فوق رأسك، وتجعل رسول الله صلى الله عليه وآله تحت حذائك، أيهما تختار؟ ما كو ….، زين.

شيء آخر: عائشة صحيح كافرة، الصحيح ناصبية، الصحيح مجرمة، ما تقول في حقها فهو صحيح.
مو فقط كافرة، مو فقط ناصبية، مو فقط كذابة، لا، وقحة، صلفة إلى أبعد الحدود، شوفوا، هنا أذكر الشيء بإشارة لا بالتصريح: عائشة صاحبة الجرار الخضر المدفونة تحت قاع بيتها، وهذه الجرار الخضر تكشف سراً من أسرار الحياة السرية الجنسية لـعائشة ، وهناك حديث يشير إلى هذه الحقيقة، لا أوضحه -أيضاً-: (إن عائشة زينت جارية وطافت بها). جارية: يعني البنت اللي هي في مقتبل شبابها، (زينت عائشة جارية وطافت بها)، هي جميلة، عائشة زينتها أكثر من جمالها، وطافت عائشة بهذه الجارية، يعني جابت الجارية عند الشباب، حتى الشباب يركضون وراءها فـعائشة تصيدهم، فهي شبكة عائشة ، (زينت عائشة جارية وطافت بها، وقالت: لعلنا نصطاد بها شباباً من قريش) دققوا النظر! ما تقول: شاباً من قريش)، (لعلنا نصطاد بها شباباً من قريش).
Parmi les oeuvres de Aicha, des crimes sexuels, et les Fatwa des Maraji’ al-Taqlid [relatent cela et sont de leur ressort], auxquels je ferais rapidement allusion sans entrer dans le détail.
Voyez, l’Imam Baqir, que la Paix soit sur lui, déclare : On rapporta à Aicha que les gens arrivaient avec le corps de Hassan ibn Ali, que la Paix soit sur lui, pour l’enterrer aux côtés du Messager . Elle sortit donc précipitamment…précipitamment, c’est à dire elle se rua, et c’est là l’aspect sexuel (de l’histoire), comprenez bien, car je ne vais pas l’expliciter davantage. Elle sortir donc précipitamment, sur une mule avec une selle.
Elle ne s’assit pas sur un palanquin1, mais plutôt [directement] sur une selle sur le dos de la mule. Pour celui qui a une épouse, je le laisse réfléchir à cela et comprendre…
Donc ici, vous avez un conflit entre le Messager d’Allah et Aicha. Vous devez soit placé le Messager d’Allah au dessus de votre tête et Aicha sous vos pieds, ou alors faire l’inverse : Placer Aicha au dessus de votre tête et le Messager d’Allah en dessous de vos pieds2, à vous de choisir.
Autre chose : oui Aicha est une mécréante, oui c’est une Nasibiya3, et c’est assurément une criminelle.
Tout ce que vous pouvez dire sur elle [comme accusation] est assurément vrai.
Elle n’est pas seulement une mécréante (kafira) ou une Nasibiya ou une menteuse, non…elle est effrontée au délà de toute limite.
Voyez, je vais vous raconter quelque chose, en y faisant allusion sans l’expliciter plus qu’il ne faut.
Aicha, la propriétaire des jarres vertes enterrées sous le sol de sa maison. Ces jarres vertes révèle un secret parmis les secrets de la vie sexuelle secrète de Aicha.
Et il y a un Hadith qui fait allusion à cette réalité, que je n’expliciterais également pas davantage, qui relate que Aicha embelissa une jeune fille (Jariyah) et se promenait [dans la ville] avec elle. Une Jariyah est une jeune femme dans sa prime jeunesse. Donc Aicha embelissa une jeune fille et se promenait [dans les rues de la ville] avec elle.
Elle (la Jariyah) était déjà jolie, mais Aicha l’embelissa encore plus, et elle se promena avec elle dans la ville.
C’est à dire, Aicha apporta cette jeune fille pour que les jeunes hommes la voient et courent derrière elle, et ainsi les chasser. Cette jeune fille était donc le filet de Aicha.
Aicha embelissa une jeune fille, et se promena avec elle [dans la ville] en disant : nous pourrons espérer attraper (chasser) des jeunes de Quraych avec elle.
Observez bien, elle (Aicha) n’a pas parlé d’un jeune homme de Quraych, mais plutôt nous pourrons [au travers de cette jeune fille] attraper (chasser) des jeunes hommes de Quraych.

mehdi

Dans la religion imamite, la place de l’Imam Occulté occupe quasiment celle d’Allah.
C’est lui qu’on appelle au secours, c’est lui dont on sollicite l’assistance, c’est lui qu’on consulte (Salat al Istikhârat),…
Nous vous invitons ici à prendre connaissance d’une anecdote racontée par un Cheikh Imamite qui illustre l’ampleur du Chirk et du Kufr au sein de cette religion :

Par contraste, voyez comment Allah décrit les polythéistes de l’époque de la Jahiliya dans de pareils moments et situations :
Quand ils montent en bateau, ils invoquent Allah Lui vouant exclusivement leur culte. Une fois qu’ Il les a sauvés (des dangers de la mer en les ramenant) sur la terre ferme, voilà qu’ ils (Lui) donnent des associés1.


Et quand le mal vous touche en mer, ceux que vous invoquiez en dehors de Lui se perdent. Puis, quand Il vous sauve et vous ramène à terre, vous vous détournez. L’ homme reste très ingrat2.

C’est Lui qui vous fait aller sur terre et sur mer, quand vous êtes en bateau. (Ces bateaux) les emportèrent, grâce à un bon vent. Ils s’ en réjouirent jusqu’au moment où, assaillis par un vent impétueux, assaillis de tous côtés par les vagues, se jugeant enveloppés (par la mort), ils prièrent Allah, Lui vouant le culte (et disant): « Certes, si Tu nous sauves de ceci, nous serons parmi les reconnaissants!3« 

Comme vous pouvez le voir, les polythéistes de l’époque étaient plus monothéistes que les Imamites, en de pareilles circonstances, ils invoquaient Allah exclusivement et l’appelaient Lui seul à leur secours. C’est seulement quand Allah les sauvait qu’ils revenaient à leur Chirk. Alors que les Imamites eux invoquent et appellent à l’aide non pas Allah… mais l’Imam Invisible !

Allahu-l-musta’an (c’est Allah qu’il faut appeler à l’aide)

 

Difficile d’imaginer pareille parole, venant d’un musulman, mais c’est bien ce que déclame le chanteur chiite, au sein de cette Hussayniyate avec une foule de chiites en pleine transe :

maxresdefault


Discours du Cheikh Othman al-Khamis sur l’événement intitulé « La calamité du Jeudi »

se connecter

s'inscrire

Reset Your Password